L’histoire

Zensho Shorinji Kenpo Ryu
 

Ce nom évoque gloire et exploits que seules les personnes ayant étudié les arts martiaux depuis des décennies connaissent…  Pendant des siècles la Garde Royale d’Okinawa a protégé le roi, sa famille et tout l’archipel des RyuKyu. Pendant des siècles les exploits de ce corps d’élite ont dépassé les frontières de ce petit royaume. 

Emprisonné sur l’île de Ste Hélène l’empereur Napoléon s’exprimait ainsi sur ce peuple. « Pas d’armes à feu? Mais comment font-ils la guerre? » 
Mais en utilisant toute sorte d’armes mon cher Empereur. En s’entraînant sans relâche pour parfaire toute technique mortelle destinée à protéger le roi. En faisant tout pour que le Royaume d’Okinawa ne souffre d’aucune attaque extérieure. En donnant sa vie pour le roi. Zensho Shorinji Kenpo Ryu

La garde meurt mais ne se rend pas

Baron de Cambronne

Origines

Contrairement à beaucoup de styles notre art n’a pas de Maître Fondateur. Il est le résultat de centaines d’années d'évolution, de milliers de combats, de nombreux échanges… au fil des années notre style a évolué.

Okinawa est un carrefour commercial et déjà aux confins de l’histoire l’île fût confrontée à la convoitise de ses innombrables voisins. Nous savons que le kenpo a été influencé par de nombreuses autres techniques de combat de l’Asie du Sud Est à l’Extrême Orient. Nous pouvons notamment affirmer sans nous tromper que la Chine fût un moteur primordial dans la création de tous les arts indigènes à savoir le karate, les kobudo et bien évidement le kenpo.

Une autre influence majeure dans le kenpo fût le Japon. En effet lors de l’invasion de l’île en 1609 les samurai du clan Satsuma ont importé leurs arts martiaux. La Jigen-Ryu était l’école martiale pratiquée par les saumurai et son influence dans le kenpo est notoire car toute la partie armée en est plus ou moins dérivée.

On dénombre aussi de nombreuses influences indonésiennes et philippines. Probablement importées sur l’île par des marchands ou des pirates, le travail du bâton court (tanbo) et du couteau ainsi que le travail avec couteau et bâton et double bâton sont un héritage de cette partie du monde.

On sait aussi que de nombreux marchands on visité le royaume du Siam et que certaines techniques ont été amalgamées. Notamment l’utilisation de la tonfa ainsi que l’utilisation de certaines techniques de percussion.

Par la suite vers le XVIIème siècle une influence majeure sur tous les arts martiaux indigènes se produit. Un expert de Bai He Quan visite Okinawa et laisse son empreinte dans l’histoire. Son nom Kushanku. Ce personnage rentré dans la légende a laissé derrière lui un héritage que tous pratiquons encore aujourd’hui. On sait qu’il fût un personnage atypique refusant de donner des cours au roi mais qu’il n’hésita pas à donner des cours à certains experts de l’époque. Il nous laissa en héritage deux kata, kushankusho et kushankudai.

Le 31 mars 1879 la garde royale fût officiellement dissoute. Le roi Sho Tai, dernier monarque d’Okinawa quitte le château de Shuri.

L’Âge Noir du Kenpo commence. Il durera 100 ans.

La plupart des Maîtres de kenpo laissent mourir leur art et d’innombrables secrets sont perdus à ce moment précis.

Pour s’adapter aux changements le dernier capitaine de la garde déclare le kenpo comme art royal et patrimoine culturel d’Okinawa. Il est le 28ème Maître Héritier du ZenSho Shoriji Kenpo Ryu. Il lègue son savoir à Yinazato Jinzai qui met la pratique des mains nues au premier rang. Il est le premier Grand Maître des Arts à ne pas avoir servi un roi. Pour la première fois de son histoire le kenpo est enseigné à des civils. C’est aussi le 29ème qui fixe le nom final de notre style. Désormais ce sera :

ZenSho Shorinji Kenpo Ryu

Ryükyü KuShin Kobujutsu

 

Il transmet son art à un civil. Le 30ème Maître héritier ne rejoint pas le mouvement karate en marche et marginalise le kenpo qui devient un art fantôme. Il transmettra son art à Otoshiro Nakayama. Nakayama enseigne à Kaito Nakayama, Zaito Nakayama et Carlos Santos.

L’histoire retiendra que Carlos Santos deviendra le 32ème Maître Héritier de l’Histoire du Kenpo.


Un peu de vocabulaire...

 

Le nom complet de notre école est :

"ZenSho Shorinji Kenpo Ryu" 
RyuKyu Kushin Kobujutsu


Ce qui se traduit par :

Zen  -  Complet
Sho  -  Harmonie
Shorinji  -  Temple de Shaolin
Kenpo  -  Loi du poing
Ryu  -  Ecole traditionnelle d'arts martiaux

Ryukyu  -  Archipel dont Okinawa est la capitale
Ku  -  Royal
Shin  -  Pur
Kobujutsu  -  Technique de guerre ancienne

 

Le nom complet de notre école peut donc se traduire par : 
"L'école de la loi du poing de la complète harmonie de la tradition de Shaolin"
Technique de guerre ancienne pure et royale de l'archipel des Ryukyu

La deuxième phrase est un titre accréditant la tradition royale du Kenpo en tant que techniques de combat destinées à protéger Okinawa, la famille royale et tout le royaume des Ryukyu.